JEANNE

Publié le



La Pucelle
[du Latin "puella", jeune fille]

"Jeanne, fille de Jacques d'Arc et d'Isabelle Romée (vers 1412 † 30 mai 1431),béatifiée en 1909 par Pie X et canonisée en 1920 par Pie XI.
En 1922, Notre Dame de l'Assomption est confirmée patronne principale de la France, tandis que Jeanne d'Arc en est proclamée patronne secondaire.
Sainte Thérèse de Lisieux deviendra également patronne secondaire de la France en 1944.
En 1920, la fête Jeanne d'Arc est déclarée Fête Nationale par l'Assemblée, à la demande du député radical Joseph Fabre.


« Cette pucelle
a une certaine élégance. D’un port viril, elle parle peu, montre une prudence admirable dans toutes ses paroles. Elle a une jolie voix de femme, mange peu, boit très peu de vin. Elle aime monter à cheval et prend plaisir aux belles armes, aime grandement la compagnie de nobles guerriers, déteste les assemblées et réunions nombreuses, verse facilement de copieuses larmes, a un visage enjoué. Elle porte incroyablement bien le poids et le fardeau d’une armure… »


Lettre du 21 juin 1429 adressée par Perceval de Boulainvilliers au duc de Milan. Jeanne avait, lors de son épopée, entre 17 à 19 ans.


A lire absolument Jeanne d'Arc, Histoire d'une Âme, de monsieur l'abbé Olivier Rioult, publié aux éditions Clovis en août 2010.

Il semble que cet ouvrage soit unique en son genre tant l'auteur décrit l'histoire de Jeanne
« de l'intérieur », comme prêtre et directeur de conscience : vie spirituelle et vertus. Les nombreuses citations, souvent répétées, sont bien utiles pour démontrer chaque point. Elles donnent aussi cet irremplaçable pittoresque qui fait la saveur du récit et donne toute sa vérité à l'Histoire. Portrait moral, mais aussi physique à l'occasion, ce qui est peu courant : ainsi celui qui est donné par un contemporain au milieu de la page 588 et que nous venons de reproduire.

Pour ... , Jeanne d'Arc est vraiment un modèle. Elle poursuit le même but : le règne politique et social du Christ-Roi sur les nations, dont les rois ne sont que les lieutenants. Voilà une belle illustration de l’encyclique Quas Primas de 1925 du pape Pie XI, qui précise que « les gouvernants et les magistrats ont l'obligation, aussi bien que les particuliers, de rendre au Christ un culte public et d'obéir à ses lois » et que « les hommes ne sont pas moins soumis à l'autorité du Christ dans leur vie collective que dans leur vie privée ».

Il est intéressant de voir comment le bon Dieu sait donner des leçons :
* quand les chevaliers et les grands capitaines ne sont plus à la hauteur, Il les humilie en leur envoyant une femmelette leur montrer ce qu'ils doivent faire avec plus d'exactitude et de perspicacité que leur conseil
* s'adressant à des chevaliers, Il se met à leur portée en leur montrant que celle, qui auparavant n'avait jamais été une cavalière, montait à merveille les chevaux les plus fougueux et connaissait l'art militaire, particulièrement la balistique (autant d'arguments ad hominem)
* et, quant aux clercs, Il laisse cette jeune paysanne, qui ne savait "ne A ne B", les stupéfier par la sagesse de ses réponses."

 
JPR
Ce livre est notamment disponible chez :
France Livres, 21, rue Monge, 75005 Paris, tél.: 01.43.25.36.67
D.P.F., 86190 Chiré en Montreuil, tél.: 05.49.51.83.04.
Duquesne Diffusion, 27, avenue Duquesne, 75007 Paris, tél.: 01.45.55.87.55

Publié dans SURNATUREL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article