CELUI QUI DIRIGE LA MULTITUDE DOIT PROCURER L'UNITÉ DE LA PAIX.

Publié le


"En effet, l’intention de tout gouvernant doit tendre à procurer le salut de ce qu’il a entrepris de gouverner. Car il appartient au pilote en protégeant son navire des périls de la mer de le conduire indemne à bon port. Or le bien et le salut d’une multitude assemblée en société est dans la conservation de son unité, qu’on appelle paix; si celle-ci disparaît, l’utilité de la vie sociale est abolie, bien plus, une multitude en dissension est insupportable à soi-même. Tel est donc le but auquel celui qui dirige (rector) la multitude doit le plus viser: procurer l’unité de la paix. C’est à tort qu’il délibérerait s’il doit apporter la paix à la multitude qui lui est soumise, comme le médecin n’a pas à se demander s’il doit guérir le malade qui lui est confié. Nul en effet ne doit délibérer de la fin à laquelle il doit tendre, mais des moyens qui conduisent à cette fin. C’est pourquoi l’Apôtre, ayant recommandé l’unité au peuple fidèle, dit (aux Ephésiens, IV, 3): "Efforcez-vous de conserver l’unité de l’esprit dans le lien de la paix."

Un gouvernement sera donc d’autant plus utile qu’il sera plus efficace pour conserver l’unité de la paix. Car nous appelons plus utile ce qui amène mieux à la fin.”



De Regno, Saint Thomas d’Aquin

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article