++ Eglise : fête du Saint Nom de Marie. ++

Publié le

Le 15 août 1683, devant la Reine était agenouillé le roi de Pologne, Jean III Sobieski. L'empereur l'avait appelé au secours, car l'armée ottomane, venue de Belgrade, assiégeait la ville. Peu avant, Sobieski avait brisé le siège de Lwow. Il était l'homme de la situation. Mais cette fois il s'agissait de tout autre chose. C'était le vizir en personne qui dirigeait les opérations. Non pas pour prendre Vienne, mais pour s'emparer de l'Occident au nom du sultan et d'Allah. Jean Sobieski était convoqué pour sauver la chrétienté. Il le savait. C'est pourquoi il avait décidé de partir de ce lieu, ce jour. Car le général des troupes chrétiennes ne peut être que Marie, qui est comme une armée rangée en ordre de bataille et qui a vaincu toutes les hérésies. Elle avait déjà vaincu les Turcs à Lépante, elle devait les vaincre à Vienne.

Sobieski part donc de Czsestochowa le jour de l'Assomption. Le 30 août il est à Vienne, à la tête de 74.000 hommes, dont 26.000 Polonais, les troupes impériales conduites par Charles de Lorraine, et celles de plusieurs princes allemands (Naturellement la France de Louis XIV est absente...). Le pape, le bienheureux Innocent XI, a dépêché comme aumônier le capucin Marco d'Aviano. Le bienheureux Marco d'Aviano galvanise les troupes par des prêches enflammés, modérément pacifistes et légèrement islamophobes. En face, les Ottomans sont plus de 200.000.

La situation ne cesse de se détériorer. Les assaillants multiplient les brèches. Le matin du 12 septembre, après la messe que célèbre Marco d'Aviano et que sert le roi de Pologne, c'est la contre-attaque. Mais en fin d'après-midi, malgré les exploits de Charles de Lorraine, la situation est indécise, et tout le monde est épuisé. C'est alors que Sobieski, sabre au clair, déboule à la tête de ses fameux « hussards volants » sur le camp du vizir. La surprise est telle que c'est la panique chez les Turcs, qui s'enfuient en abandonnant tout sur place. Sobieski s'installe dans la tente du vizir, et il envoie un message au pape, en quatre mots : « Venimus, vidimus, Deus vincit ». Ce sont les paroles de César, magnifiquement transposées en langage chrétien : il dit « nous », pas «  je », et ce n'est pas le roi qui a vaincu, mais Dieu.

Pour célébrer la victoire, les boulangers de Vienne inventent le croissant, et avec le café abandonné par les Turcs on invente une boisson qu'on appelle capuccino, en hommage à Marco d'Aviano.

Sobieski repart avec ses troupes. Il passe par la Hongrie, où il écrase l'arrière-garde de l'armée du vizir. Puis il rentre en Pologne : à Czestochowa, où il s'agenouille devant l'icône, et dépose la tente du vizir et quelques joyaux du butin pris sur les Turcs. Cette tente et ces joyaux (d'autres sont au musée du palais royal du Wawel à Cracovie) sont visibles dans le musée du monastère de Jasna Gora.

Le 12 septembre, c'était, cette année-là, le dimanche dans l'octave de la Nativité de la Sainte Vierge. Le pape décrète que désormais on célébrera en ce dimanche la fête du saint nom de Marie.

Publié dans EGLISE

Commenter cet article