VANDALISME D'ETAT

Publié le

La chapelle néo-gothique Herzog à Wintzenheim, près de Colmar en Alsace, a littéralement été vandalisée et ses statues en partie détruites. Mais là, point de jeunes banlieusards ou de satanistes derrière cette affaire, puisque les destructions se sont faites au grand jour et sous la direction du maire Serge Nicole. Sans que la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) en soit informée, le maire a fait procéder à l’« épuration » – c’est le terme technique – des éléments sculptés de cette merveille néo-gothique alsacienne, sous prétexte que ceux-ci menaçaient la sécurité du public. Les visages des statues de saint Jean, saint Matthieu, saint Barthélémy et bien d’autres ont été martelés, les rendant méconnaissables, ainsi que les talibans l’avaient fait des statues géantes des bouddhas de Bâmiyân.
Mais là, pas besoin d’envoyer l’armée pour localiser le mollah Nicole : il est à la mairie. Où la justice peut lui faire parvenir tout courrier relatif à l’application de l’article 714-1 du Code du patrimoine, selon lequel « la destruction, la dégradation ou la détérioration est punie d’une peine de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 € d’amende lorsqu’elle porte sur un immeuble ou un objet mobilier classé, inscrit ou protégé ». Encore faut-il que le parquet en ait la volonté judiciaire et politique.

Commenter cet article